Jusqu’à 80% des patients atteints de mucoviscidose sont infectés, à un moment donné, par le Pseudomonas aeruginosa, bactérie qu’il n’est pas toujours possible d’éradiquer.
Selon une étude publiée dans la revue Frontiers in Microbiology, le miel de Manuka produit à partir du nectar d’une plante à fleurs originaire d’Australie et de Nouvelle-Zélande, a montré une activité anti-Pseudomonas aeruginosa significative.
Son activité antibactérienne est due à la présence abondante d’un composé appelé méthylglyoxal. Ce composé est présent dans la plupart des types de miel, mais seulement en petites quantités.
Dans un modèle expérimental d’infection pulmonaire conçu pour reproduire fidèlement l’environnement pulmonaire de patients atteints de mucoviscidose, la combinaison de miel de Manuka et d’antibiotiques a montré une activité antimicrobienne accrue : 90% des bactéries testées ont été détruites.
Ces résultats préliminaires sont très prometteurs, néanmoins, l’une des limites de cette découverte est la difficulté à administrer du miel de Manuka au plus profond des poumons des patients.
Aussi, pour une application plus immédiate, le miel de Manuka pourrait être incorporé dans une solution de rinçage des sinus pour nettoyer les réservoirs d’infection de la cavité sino-nasale, empêchant ainsi la migration des bactéries des voies respiratoires supérieures aux poumons.
L’université de Swansea (Royaume-Uni) parraine un essai clinique pour tester cette approche.

Plus d’info : https://cysticfibrosisnewstoday.com/2019/06/05/manuka-honey-fight-cystic-fibrosis-lung-infection-p-aeruginosa/