En passant au crible de nombreux extraits, des chercheurs ont ainsi mis en évidence une activité significative * d’un extrait du champignon Lepista inversa, sur trois lignées cellulaires isolées de patients atteints de mucoviscidose.

En alliant leurs savoir-faire et grâce à l’utilisation d’un système de criblage sur la chimiothèque-extractothèque du Muséum national d’Histoire naturelle, deux équipes ** de scientifiques ont réussi à montrer que l’extrait d’un champignon, Lepista inversa ou clitocybe inversé, est capable de restaurer très efficacement l’expression de gènes humains présentant des mutations non-sens *** sur des cellules en culture.

« Quand on sait qu’il suffit de restaurer 5% de protéines fonctionnelles dans la mucoviscidose pour avoir un impact sur les conséquences de la maladie, ces travaux sont extrêmement encourageants » estiment les auteurs qui précisent que cette stratégie présente aussi l’avantage de ne pas toucher au patrimoine génétique des patients.
Fabrice Lejeune, chercheur à l’Inserm et dernier auteur de ce travail, explique : « Les étapes pour aboutir à une réelle stratégie thérapeutique sont encore longues. Il faut également que l’on arrive à purifier les molécules d’intérêt présentes dans cet extrait puis les tester in vivo pour contrôler leur efficacité sur le long terme et l’absence de toxicité. »

* Activité significative mise en évidence sur des cellules de patients atteints de mucoviscidose grâce à la collaboration des deux laboratoires de recherche avec le CHU de Lille, Les Hospices Civils de Lyon, l’hôpital Cochin et l’association Vaincre la Mucoviscidose
** Laboratoire Mécanismes de la Tumorigenèse et Thérapies Ciblées (CNRS, Université de Lille, Institut Pasteur de Lille) et laboratoire Molécules de Communication et Adaptation des Microorganismes (MNHN, CNRS)
*** Une mutation non-sens dans un gène (ADN) fait apparaître un codon-stop prématuré. Dès lors, les protéines obtenues sont tronquées et dysfonctionnent. Incapables d’assurer leur rôle au sein de l’organisme, elles entrainent des conséquences délétères dans la mucoviscidose : obstruction des bronches et incapacité respiratoire.